Cloud computing, trading hub et latence

Voici un article de Jennifer Nille, journaliste et auteur du blog Fair Trade dont l’objectif est de faire découvrir le monde obscur du trading. Jennifer décrit comment les dark pools, algo-traders, MTFs,… fonctionnent, et ce qu’ils entraînent comme changement sur les marchés. Les autres acteurs (régulateurs et Bourses traditionnelles) sont également épinglés.

5358330109

 

L’informatique dans les nuages (cloud computing) pourrait bien encore modifier davantage le modèle du trading. Aux Etats-Unis, des centres de données baptisés trading hub poussent un peu çà et là à équidistance des différentes places d’exécution. En Europe, le phénomène commence.

Qu’est-ce que c’est que ces trading hub? Un hébergeur va proposer quelques 150 à 200 connections dans son centre de données, notamment aux serveurs des Bourses et MTF.

L’intérêt de ce système réside dans le coût d’utilisation et la vitesse. D’après les principaux hébergeurs, ceci permet aux participants de marché de gagner en temps de latence d’un simple point de localisation.

Il sert essentiellement aux traders qui souhaitent exploiter la fragmentation actuelle des marchés. Comme le souligne Patrick Young, président de Derivatives Vision, “tout dépend de ce que vous voulez faire. Une grande firme d’investissement n’utilisera pas ce trading hub. Mais un algo trader exploitant les moindres abritrages y trouve un intéret“.

Chez Algo Technologies, Hirander Misra, le CEO, arrive au même constat. “Les flux des institutionnels ne passent pas par ces trading hub” souligne-t-il. Algo Technologies propose d’ailleurs Algo Span, qui relie les traders aux marchés européens et américains à partir d’un seul point de données.

A côté de ces trading hub, les Bourses ont adapté leur système informatique pour pouvoir abriter les serveurs de leurs membres. Cela s’appelle la colocation. Toutes les Bourses n’offrent pas cette possibilité. Et puis tous leurs membres ne l’utilisent pas non plus. Ni le trading hub, ni la colocation ne leur sert.

Les grandes firmes d’investissement n’utilisent ni l’un ni l’autre. Nous sommes encore à un stade avancé de ce développement” note Patrick Young. Mais le jour où elles décideront de franchir le pas, ceci va entraîner une désintermédiation, et donc pénaliser leurs brokers.

Il restera aussi à voir comment va tourner le match entre trading hub et colocation. Pas sûr que les Bourses en sortent gagnantes. Mais cela reste à voir.

Une phrase dans le magazine “the Automated Trader” m’a particulièrement interpellée:

Nous pouvons arriver à de meilleurs résultats sur Euronext Paris avec des serveurs basés à Londres que les courtiers basés à Paris malgré les 10 millisecondes de délai” y soulignait le CEO de Quod Financial, Ali Pichvai, un fournisseur de technologie de trading.

Tout ceci promet de grands changements…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>