C’est quoi le trading haute fréquence

 

Voici le résumé de ma conférence sur le Trading Haute Fréquence par Vincent de Blog-Trading.fr

S’il y a un secteur du trading automatique qui fait énormément parler de lui en ce moment, c’est bien celui du trading haute fréquence. Bien que ce type de trading électronique existe depuis de nombreuses années et emploie de nombreux ingénieurs que ça soit dans le domaine de la finance et des mathématiques pures ou de l’informatique au sens large, l’actualité récente l’a mis sous le feu des projecteurs (et nous en avons déjà parlé sur Trading Automatique ici).

L’affaire Goldman/Aleynikov ou comment un informaticien/mathématicien de génie russe développe un programme de trading haute fréquence qui fait gagner des gros sous à Goldman et garde ensuite le code dans ses poches alors qu’il change d’employeur pour y obtenir un salaire beaucoup plus important que son précédent (déjà important…) salaire. L’intéressé a été arrêté par le FBI à l’aéroport. Bref, une histoire de vol de propriété intellectuelle presque banale si ce n’est qu’elle a mis sous le feu des projecteur le fait que les banques pouvaient encore faire de l’argent en ces temps de crise, ce qui gêne évidemment l’opinion publique. Argent étant synonyme de spéculation et qui en était l’initiateur: le trading haute fréquence.

L’opinion publique et celle du milieu des affaires étant concentré sur le sujet, les hommes politiques n’ont pu y rester insensibles et ont alors réveillé la SEC qui est l’organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers. C’est en quelque sorte le « gendarme de la Bourse » américain, aux fonctions généralement similaires à celles de l’AMF français. Celle ci, tirée de son sommeil diront les médisants, est alors  tombée des nues en apprenant qu’il existait des ordres flash (“flash order”) et a décidé de sévir en les bannissant. Finalement les marchés comme le Nasdaq ont suivi cette recommandation par eux même. C’est quoi les ordres flashs? Ce sont des types d’ordre qui sont placés sur un ECN pendant un bref instant avant d’être propagés à tous les autres ECN. L’information qui est non-publique est le placement initial de l’ordre flash sur le premier ECN. Tous les membres de cet ECN sont conscients que cet ordre sera propagé sur les autres ECN, ce qui leur procure un avantage potentiel exploité par des programmes de trading haute fréquence.

On peut grosso modo imaginer (et résumer ou simplifier) le trading haute fréquence comme du market making à vitesse accélérée (on parle de millisecondes ici). Ses défenseurs soulignent d’une part qu’il apporte un surpplus de liquidités que les marchés apprécient et rémunèrent, et d’autre part qu’il rend le marché un peu plus efficient en éliminant de plus en plus les possibilités d’arbitrage. Au contraire, ses délateurs estiment qu’il fausse l’équité entre les opérateurs. Les traders classiques feraient face à une concurrence déloyale. Ceux ayant une meilleur connexion et un meilleur accès au marché étant privilégié (à savoir les automates de trading hautes fréquences). D’après ces personnes, l’avantage serait donné à la spéculation plutôt qu’à l’investissement.

L’objectif de cet article n’est pas de débattre pour ou contre le trading haute fréquence. D’autres le font très bien pour nous et je préfère vous donner le maximum de cartes en main pour juger par vous même.

Voici une vidéo de Marketplace sur Vimeo.

 

 

Voici une autre vidéo tirée de Bloomberg sur le trading haute fréquence :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>