Des marchés plus efficients?

 

Voici un article de Jennifer Nille auteur du blog Fair Trade dont l’objectif est de faire découvrir le monde obscur du trading. Jennifer décrit comment les dark pools, algo-traders, MTFs,… fonctionnent, et ce qu’ils entraînent comme changement sur les marchés. Les autres acteurs (régulateurs et Bourses traditionnelles) sont également épinglés.

685765

“Les marchés sont devenus beaucoup plus efficients  avec l’arbitrage des hedge funds, beaucoup plus qu’il y a 20 ans”.

Ce commentaire vient de Philippe Brugère, gestionnaire de fonds chez Franklin Templeton. Voilà qui devrait faire plaisir à Eugène Fama, le père de la théorie de l’efficience des marchés. Une théorie bien malmenée depuis cette crise financière.

Pour suivre la logique de Fama, si les marchés sont efficients, il ne faut pas chercher à les battre. Une simple approche buy& hold devrait suffire.

Mais ces dix dernières années, les performances du S&P500 et des indices européens ont montré qu’il s’avérait mal avisé de suivre une telle stratégie. L’investisseur buy&hold aura même perdu de l’argent.

L’analyse fondamentale,où sont épluchés bilans,résultats,… d’une société a elle aussi présenté ses limites. “Sur les deux dernières années, l’approche Value (qui met l’accent sur les sociétés avec une décote)a traversé une période difficile. Les gens ne se sont plus préoccupés des fondamentaux. Ce sont les titres de médiocre qualité, fortement joués à la baisse, qui ont le plus rebondi” commente Philippe Brugère.

Par contre, il serait intéressant de constater sur la décennie les performances des bots, ces programmes informatiques servant  au trading.

Eugène Fama a souligné dans notre supplément sur le futur du capitalisme que si les marchés s’avèrent efficients, ils doivent être régulés pour pouvoir fonctionner. Il a pointé du doigt le problème des fausses informations.

Force est de constater que depuis dix ans, la vitesse des transactions et de circulation de l’information a fortement augmenté. Et certains spécialistes avancent qu’il serait hasardeux de vouloir ralentir tout ça.

Les fausses informations peuvent se propager plus vite. Exemple: le 8 septembre 2008, l’action United Airlines a dégringolé de 12 à 3 dollars en moins de dix minutes suite à la publication d’une information erronée, sa mise en faillite datant de …2002. Lorsque l’information a été démentie, le cours s’est spectaculairement redressé.

Le krach éclair du 6 mai s’inscrit dans la même veine. Mais la Securities and Exchange Commission doit encore tirer les choses au clair.

Et cette affaire a montré les limites de la régulation. Pour les régulateurs, surveiller ces “gangsters” (comme le dit Fama) qui propagent des fausses informations, la vitesse actuelle des flux pose problème.

D’où cette question: s’ils ne peuvent être régulés, les marchés sont-ils efficients?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>