Suite des tests statistiques du RSI


Voici le deuxième article de Samuel Rondot, directeur de www.bestcfd.com, qui nous livre une série d’articles intéressant sur les tests statistiques de l’indicateur RSI. Ne manquait donc pas la suite…

undefined
Samuel Rondot

Dans un précédent article,  les tests sur 15 ans du RSI 14 jours en situation de surachat ou de survente ont montré que cette stratégie n’avait aucune valeur prédictive.

Je me suis alors demandé si cet échec était répété lorsqu’on modifiait les paramètres du RSI. En d’autres termes, si je me livre à une optimisation, le résultat final est-il modifié ?

Le premier paramètre que je peux modifier, c’est celui de la durée du RSI.

C’est visiblement celui qui a l’impact le plus important sur le nombre d’opération.
Avec un RSI 10, j’ai 33 opérations et avec un RSI 4 : 175.

Si à ce stade là des tests je ne tiens pas compte des frais pour comparer les résultats entre eux, il faudra à un moment que j’en tienne compte et le nombre d’opérations sera important.

Dans un premier temps donc, je modifie la durée du RSI :
Quand mon RSI passe en dessous de 5 jours, j’ai une modification profonde du comportement.
L’equity curve ressemble nettement à celle du Cac alors qu’auparavant ce n’était pas le cas.
Cela vient du fait que chaque vague du marché entraîne des opérations dans un sens ou dans l’autre.
A terme néanmoins, le résultat est moins bon que le marché et surtout on suit la tendance sans rien y ajouter.

Le capital est doublé en 15 ans alors que le Cac est multiplié par 2.6

Il semblerait que la durée du RSI ne soit pas la bonne voie. Je reprends donc un RSI 8 jours avant de faire varier les seuils d’achat (70) et de vente (30).

Dès que j’augmente le seuil inférieur, celui qui sert à mes signaux d’achats, j’observe que mon equity curve prend la forme de l’indice.

C’est tout a fait normal puisque les marchés ont un biais haussier à long terme. Donc plus tôt j’achète plus je me rapproche de la performance de l’indice.

Réciproquement, plus j’éloigne mon seuil de vente, plus je me rapproche du CAC puisque je vends de moins en moins souvent.
En fait, quelques soient les combinaisons, le résultat final est toujours identique : on ne fait que suivre le marché. Quand ça monte, on gagne mais moins que le marché et quand ca baisse on perd et en plus on fait pire que le marché.

Pour information :

Si j’essaie de bouger mes seuils en même temps que la durée du RSI, je parviens à un bon compromis avec un RSI 4, un seuil bas à 45 et un seuil haut à 65.

Cela nous donne un résultat quasiment identique au CAC sur la durée avec 228 opérations.
Qui plus est, cela semble encourageant car même si le modèle perd à la fin du marché baissier en 2002/2003, il est gagnant dans la première partie.

Mais une étude approfondie montre qu’on ne passe pas du tout au travers des périodes de crise sur le CAC. Avec des pertes de l’ordre de 20 à 30% dans les crises asiatiques, russe et autres dans les années 90, on ne fait ni plus ni moins que le marché en payant des frais importants.

La nature du problème

Les seuils ne s’adaptent pas au fur et à mesure de la vie du Cac. Ils sont identiques dans un marché haussier, dans un marché baissier ou dans un marché volatile. Il me paraît tout simplement impossible d’obtenir des résultats viables dans ces conditions.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>